Paris : Évasion Libertine en limousine

Plaisirs magazine
Balade limousine paris plaisirs magazine

Une bourgeoise réac en limousine…

Samedi. 19 heures. Nous voici avec Mark confortablement installés dans le bar secret de la Maison S.

Dissimulé entre Montmartre et Pigalle, j’adore le bar mystérieux de cette ancienne maison de plaisir, témoin de la sensualité et du luxe exubérant des années folles.

Nous avons rendez-vous avec William et Juliette, un couple d’amis, pour une soirée que nous espérons inoubliable : Une balade de 2 heures dans Paris, une balade délurée dans le luxe feutré d’une limousine ! Lorsque Mark m’en avait parlé, l’idée m’avait tout de suite séduite. Mais, maintenant que je réalise concrètement ce que nous allons faire, un gros doute s’empare de moi. Mark s’en amuse.

L‘ambiance blingbling à l’américaine m’a toujours gênée. Espérons que peu de gens nous verront monter dans ce symbole ringard du luxe et de la démesure.

19h10, William et Juliette arrivent. Magnifiques et de bonne humeur, comme  d’habitude. Castiglione, Leila, Zoé, Inés… Le barman nous apporte des cocktails aux noms évocateurs de courtisanes célèbres.  Exceptionnels. Très difficile à trouver, ce bar réservé aux initiés est pour moi, le meilleur bar de Paris.

Nous discutons et échangeons tous les quatre nos dernières expériences érotiques réciproques. Le lieu chargé d’histoire(s), l’ambiance et les cocktails aidant, nous glissons doucement vers une ambiance de plus en plus coquine.

20h30, Impressionnante, la limousine est là. Blanche. Neuf mètres de long. Nous y prenons rapidement place sous le regard incrédule de dizaines de personnes debout sur le trottoir ou attablées à la terrasse d’en face. C’est la première fois que je monte dans une limousine. Une fois le choc de la démesure passé, j’entrevois immédiatement le potentiel coquin de l’objet !

Trois confortables banquettes de cuir noir – un vrai bar – plusieurs écrans – une sono – tous les gadgets pour transformer la voiture en une véritable boîte de nuit… Hallucinant.

Je lance un regard sensuel à Juliette… nous nous comprenons instantanément. C’est certain, ce soir nous allons bien nous amuser !

William et Mark indiquent au chauffeur à travers une petite vitre  l’itinéraire que nous souhaitons suivre. (Champs-Élysées – Tour Eiffel – Trocadero – Place Vendôme – Place des Vosges …). Et c’est parti !

De grands sourires aux lèvres, un peu impressionnés, nous discutons tous les quatre une coupe de champagne à la main. Après la Tour Eiffel et les Champs-Élysées, nous passons devant l’Opéra Garnier. L’excitation est de plus en plus palpable. Les mains deviennent légères. Nous nous lâchons. Après quelques instants d’égarement, nous devenons subitement plus sérieux. Une question nous vient à l’esprit … et le chauffeur ?

… oups (ouf), il suffisait d’appuyer sur un bouton. Une cloison se lève. Très chic. Comme par magie, nous voici maintenant tout seuls. Totalement protégés dans une bulle feutrée qui se déplace selon nos désirs dans tout Paris. Invisibles grâce aux vitres teintées. Tout nous est permis. Une impression fabuleuse ! Une sensation de plénitude totale s’installe en nous.

Cet entre-soi feutré augmente terriblement mon excitation. Sans doute mon côté bourgeoise délurée.  L’humidité liée à mon désir me sort de mon état d’apesanteur. Je n’arrive plus à me contenir et me jette sur Mark. J’essaie faussement de prendre mon temps pour le dégager. Lui aussi est déjà très excité. Je ne tiens plus et décide de le prendre entièrement dans ma bouche.

Nous arrivons place Vendôme. J’ai les fesses à l’air contre le cuir froid des sièges noirs. Je sens la main de Mark peser sur ma nuque. J’aime ça. En levant les yeux je le vois  sourire. Il s’enfonce brusquement dans ma bouche jusqu’à la garde. Nous sommes pile devant le ministère de la justice.

J‘adore le contact de la peau douce et brulante de son membre. J’aime le sentir se tendre à l’extrême sous les va-et-vient effrénés de mes lèvres. J’aime lui donner du plaisir, le rendre fou. J’adore prendre le contrôle de son corps, gérer son excitation et décider seule du moment où il pourra jouir.

Ce moment n’est pas encore venu…

Sur l’autre banquette, William et Juliette n’ont pas perdu de temps. William lui a perdu son pantalon. Son sexe est gorgé de sang. Il ne parvient plus à détacher son regard avide des magnifiques fesses dénudées d’une Juliette subitement totalement délurée. Incroyablement provocante, offerte, elle se déhanche lascivement en marchant à quatre pattes d’une banquette à l’autre. Elle nous aguiche. La petite bimbo sur-excitée et sur-excitante, qu’elle est au plus profond d’elle, est de sortie.  Irrésistiblement sensuelle. Elle laisse à son corps une totale liberté d’expression. William sourit : ce soir il n’y aura aucune censure…

C‘est amusant comme les gens regardent dans notre direction lorsque nous passons. Une question m’angoisse subitement. Regardent-ils la limousine ou regardent-ils ce qui se passe à l’intérieur ? Un bref contrôle du reflet de la limousine dans une vitrine me rassure. Le reflet des vitres est totalement noir. On ne voit donc rien de l’extérieur.

LIMOUSINE TOUR EIFFEL

Manif et révolution en limousine…

Après le ministère de la justice, nous sommes pris dans un embouteillage à la hauteur de l’Hôtel de Ville. Une manif. C’est amusant, la rue de Rivoli est toute bleue. Il y a des CRS partout.  Mark qui s’est brusquement retiré de ma bouche, est entrain de me prendre debout par derrière. Il m’a plaquée contre la lunette arrière et s’est lancé dans une folle chevauchée, juste devant plusieurs CRS qui regardent dans notre direction. Je connais l’impact qu’a la vision de mon petit cul sur Mark. J’aime en jouer. A chacun de ses coups, je viens à sa rencontre. Je deviens folle lorsqu’il me possède ainsi. Ils sont là dans la rue. Je les vois tout penauds, à un mètre de nous. Immobiles. Lourdement équipés. Leur gros bouclier à la main. Mark, lui,  me tient fermement les hanches. Une main glissée entre mes cuisses, je le caresse. Eux, debout dans la rue, attendent. Une autre planète…

On ne voit pas dans la limousine. Les CRS auraient réagit. Quoique … De toute façon la situation est hyper excitante. Je sens que nous allons jouir tous les deux si Mark continue ses coups de boutoir à cette cadence. Il sait que j’aime cette violence. Jouir dans le luxe et la débauche sur le champ de bataille, au milieu de ces militaires armés jusqu’aux dents qui ne se doutent de rien ? Tout va bien. La France est entre de bonnes mains…  Et moi entre celles de Mark, je suis devenu une perverse.

Adèle

Ne manquez pas le prochain récit d’Adèle ! Abonnez-vous gratuitement dès maintenant en indiquant votre adresse e-mail dans le rectangle blanc sur fond noir au bas de cette page.

Balade limousine paris plaisirs magazine
Plaisirs magazine

Une réflexion sur “Paris : Évasion Libertine en limousine

  1. Charmant récit et expérience très tentante…. Nous avons déjà pris une limousine pour une soirée en famille, mais l’idée coquine d’utiliser ce palace roulant à d’autres expériences nous stimule. Merci de nous avoir fait vivre cet instant

Laisser un commentaire